Vitalys. Dix ans de cuisine dans la santé
19 septembre 2013

Plus de deux millions de repas par an produits et servis par une équipe de 140 personnes dans les selfs, services de soins hospitaliers et maisons de retraite en Cornouaille.Dix...

Source : www.letelegramme.fr

   

année 2002

 

GIP DE CORNOUAILLE A PLUGUFFAN

 

Objet de l'opération

  • Construction d'une cuisine centrale inter hospitalière d'une capacité initiale de 8000 repas par jour extensible à 10000 repas par jour.
  • Les hypothèses de conditionnement retenues par le CH de Cornouaille sont, globalement, :
    • Selfs en conditionnements collectifs GN1/2
    • Services en conditionnement collectif GN1/4
    • Portage et régimes isolés en barquette individuelle.


  • Les quatre hopitaux de : Quimper, Douarnenez, Concarneau et Gourmelen ont décidé de regrouper leurs moyens dans le domaine de la restauration en constituant un Groupement d'Intérêt Public pour la restauration interhospitalière de Cornouaille.
  • Le regroupement de quatre hôpitaux autour de la cuisine conduit à une production quotidienne en liaison froide de 8000 r/j

Elections des représentants du personnel

au Comité Consultatif du GIP Vitalys du 08 décembre

 

La CGT obtient la majorité des sièges:

CGT: 4 sièges - CFDT: 1 siège - SUD: 1 siège

 

- Collège Cadres :


Titulaire : MAISONNEUVE Erwan (CGT) - Suppléant : Jean-Bernard Gourlay (CGT)


- Collège ouvriers :


Titulaires :LEON Marc (CGT) - BROLLES Fabien (CGT) - LE FLOCH Pascal (CGT) - VALIENNE Julien (CFDT) - LE GAC Robert (SUD)


Suppléants :LAURENT Daniel (CGT) - DUIGOU Chantal (CGT) - LE GOFF Sandrine (CGT) LAMBOLEY Gwendal (CFDT) - MEKHFI Mickaël (SUD)

      Collège B     Collège C          
                    TOTAL    
            sièges     sièges     sièges
        nombre % obtenus nombre % obtenus nombre % obtenus
Inscrits       6     135     141    
Votants       4 66,67%   111 82,22%   115 81,56%  
Blancs & Nuls       1 25,00%   2 1,80%   3 2,61%  
Exprimés       3 50,00%   109 80,74%   112 79,43%  
CGT       3 100,00% 1 50 45,87% 3 53 47,32% 4
CFDT       0 0,00% 0 33 30,28% 1 33 29,46% 1
SUD       0 0,00% 0 26 23,85% 1 26 23,21% 1
                       

Article de Laurent Terrasson | Cuisine centrale | Octobre 2010

 

Cuisine centrale Gip Vitalys à Pluguffan (29)

 
A Pluguffan, la cuisine centrale Gip Vitalys est une cuisine modèle. Si elle représentait la pointe de la technique au début des années 2000, elle inspire toujours autant les projets futurs, les établissements de 3e génération qui se préparent...

 

La cuisine interhospitalière Vitalys à Pluguffan fonctionne depuis février 2003, produisant près de 2 millions de couverts par an, et livrant des repas pour 4 établissements de courts et moyens séjours et 13 résidences de longs séjours. Cette cuisine centrale a été conçue pour desservir une région couvrant le Sud Finistère depuis la pointe du Raz jusqu'à Concarneau. Et depuis 2003, les investissements se poursuivent, l'évolution aussi.

 

De la nécessité de l'investissement
Au début du projet, la décision d'investir reposait sur plusieurs constats, comme l'explique Eric Commelin, ingénieur chargé de la restauration, à l'origine de ce projet, aujourd'hui directeur d'un cabinet conseil en restauration. " Les pouvoirs publics nous incitaient à rechercher des synergies de moyens et d'outils, dans des domaines comme la blanchisserie, le stockage et la restauration… "
En 1999, est formé un Groupement d'Intérêt public (Gip) qui gère désormais un ensemble comprenant une cuisine centrale et quatre cuisines relais. La moitié de l'investissement prévu (9,15 millions d'euros) a été affectée à la cuisine centrale, un bâtiment discret au milieu de la campagne de Cornouailles, organisé sur un seul niveau. " Tous les locaux habités bénéficient de la lumière du jour, grâce à un patio ou par des puits de lumière ", souligne François Amigon, ingénieur restauration, responsable de la cuisine. " Notre gage de qualité repose sur le fait que nous fabriquons sur place la majorité des plats, continue François Amigon. Notre force, c'est l'organisation des process. Il y a une seule zone pour le conditionnement. Tout est automatisé avec un système de marquage sur chaque produit, stockage et cuisson avec surveillance par système informatique. Nous livrons 7 500 repas/jours en semaine, avec une équipe de 140 professionnels, pour une production annuelle de 1 970 000 couverts… Le Gip Vitalys est reconnu par les professionnels de la santé, pour ses qualités, ses performances. Il peut produire jusqu'à 10 000 repas/jour. Cela doit nous permettre de nous développer vers d'autres structures situées sur la Cornouaille, et de voir l'avenir sans trop de difficulté. "
Le conditionnement : outil logistique Pour Eric Commelin, " une cuisine de 2e génération dispose d'une meilleure gestion de la production et de ses flux, avec un équipement adapté, et la mise en place de technique de production évoluée inspirée directement de l'agroalimentaire ". L'un des principes majeurs de ces techniques adaptées au Gip Vitalys, repose sur le fait que le conditionnement peut intervenir à différents stades du traitement du produit, avant ou après cuisson. L'utilisation des contenants à usage unique devient ainsi un outil logistique. L'objectif de cette organisation est d'apporter plus de souplesse dans les modes de production.
A cet effet, les barquettes sont équipées de valves afin de permettre la cuisson et de rallonger la D.L.C. à 21 jours. Pour les entrées froides, une injection de gaz permet de rallonger la D.L.C.. " La cuisine Gip Vitalys a été la première en France à réunir autant de techniques avancées de production : cuisson sous-vide, cuisson longue de nuit, cuisson à juste température, cuisson et pasteurisation en barquette avec départ à cru, cuisson et/ou coloration et/ou rôtissage en barquettes… "

 

5 novembre 2010 Article du Télgramme

 

Vitalys. La cuisine hospitalière tourne à plein régime

 

 

Durant cet été, à Pluguffan, le GIP Vitalys, une cuisine interhospitalière, a dû refaire une partie de ses sols. La cuisine a pu reprendre la totalité de sa production dès le 20septembre. Le délai des travaux a été tenu.

 


C'est à la suite d'une malfaçon dans le revêtement du sol dans la zone de production, que le GIP (Groupement d'intérêt public) Vitalys, installé à Pluguffan, a décidé, il y a déjà plus d'un an, d'engager des travaux. Les sols se décollaient et présentaient des risques pour le personnel. De fait, il fallait anticiper l'impact sur la production de menus avec une zone de 600m² en moins. 

 

Le secteur agroalimentaire sollicité 

Durant les travaux, le GIP a donc dû solliciter les entreprises agroalimentaires locales pour leur confier une partie de sa production. «Nous n'avons gardé que la production des repas de régime, sans sel ou sans graisse, que nous n'avons pas trouvés dans l'agroalimentaire», indiquait hier François Amigon, responsable restauration au groupe de salariés, de responsables de cuisines hospitalières et de chefs d'entreprises invités à l'inauguration des locaux rénovés. 

 

Deux mois de travaux 

Le chantier s'est déroulé en trois étapes. Une première phase de préparation de la mi-juin à la mi-juillet, a précédé les deux mois de chantier durant lesquels les anciens sols ont été retirés, les caniveaux enlevés et remontés à neuf ou changés, la surface grattée avant de mettre une première couche d'accroche. «Une couche de 4cm de résine, de couleur bleue, a ensuite été coulée dans la zone froide. L'épaisseur a été doublée en zone chaude», a précisé François Amigon. 

5.500 repas par jour 

Dans la zone de chantier, il a fallu tout déménager, les fours, les marmites, etc. Aujourd'hui, tout le matériel a retrouvé sa place d'origine et le personnel son poste de travail. Le nouveau sol, peu abrasif, se nettoie facilement. «Le plus difficile, reconnaissait hier l'architecte Philippe Amoros «c'était de respecter le timing donné aux entreprises». Mais les délais ont été tenus et depuis le 20septembre, la cuisine interhospitalière a retrouvé son rythme de croisière et peut assurer le service de 5.500 repas journaliers. Durant les travaux, 340.000repas ont pu être servis. Vitalys dessert les centres hospitaliers de Cornouaille, Gourmelen, de Douarnenez et les maisons de retraite de Pont-Croix et Audierne. Il assure la restauration des patients et du personnel de santé.

  • Cathy Tymen

 

10 septembre 2009 Ouest-France

 

La cuisine interhospitalière Vitalys à Pluguffan produit et livre des repas pour les hôpitaux et les maisons de retraite.

 

Questions réponses

 

Où livrez-vous en Cornouaille ?

« Implantés à Pluguffan depuis 2003, explique Mme. Launay, directrice de la cuisine Vitalys, nous assurons la restauration du centre hospitalier de Cornouaille, celui de Douarnenez, de l'EPSM ( établissement public de santé mentale ) de Gourmelen, et les maisons de retraite de Pont-Croix, Plozevet et Audierne. D'autres structures sont aussi livrées comme le foyer Keraman, ou le Sdis de Quimper mais ce sont leurs équipes de cuisine qui remettent en température chaude les plats venant de Pluguffan ».

 

Comment s'effectue le processus de fabrication ?

« Notre force, c'est la fabrication sur place de la majorité des plats, prévient François Amigon, responsable du secteur restauration, en effet, c'est notre gage de qualité : il y a une seule zone pour le conditionnement, tout est automatisé avec un système de marquage sur chaque produit, stockage et cuisson avec surveillance par système informatique (Microlide), nous livrons 5500 repas/jours avec une équipe de 140 professionnels ».

 

Vous avez un « cuisinier mobile », quel est son rôle ?

« Notre cuisinier fait une animation ponctuelle, comme une recette de crêpes choisie par les résidents d'une maison de retraite, explicite François Amigon, ce lien entre Vitalys et nos convives créent une ambiance conviviale autour du repas, d'autre part nos diététiciennes travaillent en relation avec le Clan(comité en alimentation et nutrition), contribuant à l'amélioration de la prise en charge nutritionnelle des malades ».

 

La notion de plaisir est elle présente ?

« Tout passe par cette notion du plaisir de manger, précise M. Pontonnier, directeur du CHIC et président du Gip, les malades, le personnel hospitalier et les résidents des maisons de retraite apprécient le temps du repas, dans l'ensemble on a de bons retours sur leur qualité, ce qui est positif pour l'image de Vitalys ».

 

Potentiellement, pouvez-vous accueillir d'autres collectivités ?

« La capacité du Gip Vitalys peut produire jusqu'à 10000 repas/jour, permettant que d'autres structures situées sur la Cornouaille viennent nous rejoindre, on a un outil d'excellence, reconnu par les professionnels de la santé et la qualité très rigoureuse permet de voir l'avenir sans trop de difficulté ».

 

Loading
pages visitées