Article du Télégramme 

Ty Hent Glaz. Le chemin de l'apaisement par le travail

 

16 mars 2011

 

L'Esat de Ty Hent Glaz ouvrait ses portes au public hier. L'établissement, qui a connu quelques difficultés sur ses marchés (filets et espaces verts), a aujourd'hui son horizon dégagé.

 

Après quelques années «dans le rouge», l'Esat (Établissement et service d'aide par le travail) de Ty Hent Glaz, à Quimper, a aujourd'hui «la tête hors de l'eau», selon le mot du président François Riou. Ty Hent Glaz (*), qui emploie 56travailleurs encadrés par huit moniteurs, est spécialisé dans deux domaines: la fabrication des filets et les espaces verts-petite maçonnerie. Deux activités qui ont connu quelques aléas ces derniers temps. «L'activité espaces verts est, en partie, tributaire de l'activité dans le bâtiment. Nous avons subi aussi la crise, résume Régine Vigouroux, responsable de services. C'est un domaine très concurrentiel. Aujourd'hui, cela va mieux». Ty Hent Glaz est surtout connu pour sa fabrique de filets. Il y a quelques années, l'Esat a perdu le gros marché des filets de volières pour les Émirats Arabes. Il a fallu trouver de nouveaux débouchés, ce qui a permis de sortir de la trop grande dépendance à un seul client. «Nous passions uniquement par des revendeurs pour nos filets, aujourd'hui, nous traitons aussi une partie en direct, explique Régine Vigouroux. Nous avons démarché les collectivités pour les filets de terrains de sport et cela marche». Les filets fabriqués sur place vont du brise-vent/brise vue, au filet de pont de catamaran, en passant par les filets de tennis, les pare gravats, les ponts de singe pour parc d'attractions, les filets pour la Marine nationale... Autant de formes qui demandent une certaine technicité. 

 

Un travail et un rythme sécurisant 

 

Tout cela se fait donc dans un milieu protégé. «Ici, le milieu du travail est sécurisant, explique Marc Soulié, moniteur de l'atelier jardin. Cela est dû au rythme de travail, au cadre. Un salarié a même dit que ce travail était sa colonne vertébrale». L'Esat permet ainsi à chacun de trouver sa place par le travail, comme cela se passe dans le monde de l'entreprise classique. La proximité de l'hôpital est un appui supplémentaire en cas de problème. «On entend parfois parler de concurrence déloyale sur certains marchés, dit François Riou. Ce n'est pas recevable. D'une part, nous veillons à nos prix car personne n'a rien à gagner à casser le marché, d'autre part le soulagement des travailleurs et des familles dans ce milieu n'est pas imaginable quand on vient de l'extérieur». À Ty Hent Glaz (la maison du chemin vert), ce mardi ensoleillé,l'ambiance était plutôt apaisante et l'horizon dégagé. Il manque juste assez de placesdans les Esat pour offrir ce cadre à toutes les personnes fragiles. 

(*) Le Groupement d'intérêt public Ty Hent Glaz se partage entre l'hôpital Gourmelen (51%) et l'association Kan ar Mor (49%).

   

  • Ronan Larvor

 

 

Loading
pages visitées