STOP aux déficits programmés de Gourmelen!

2014 : La catalogue des mauvais coups à Gourmelen!

               

 

 

 

Janvier 2014 : perte de 3 RTTpour l’ensemble des agents assujettis à l’accord local dénoncé en 2013 de façon unilatérale par la direction.

Mai 2014 : annonce en CTE de nouvelles mesures d’ « économies » là encore de façon unilatérale et sans aucune négociation possible.

- suppression des avancements intermédiaires d’échelon (bonifications), ce qui permet à tous de progresser plus rapidement au cours de sa carrière et d’atteindre les échelons maximum avant la retraite. Désormais cela ne sera plus forcément possible si on fait le temps maximum dans chaque échelon. Pour rappel cela peut entrainer une perte de salaire de 8000 à 24000€ sur l’ensemble d’une carrière (en fonction de son grade).

- suppression pour un certain nombre d’agents exerçant en extra de la prime 1ère catégorie dite « prime d’insalubrité » qui pourtant devrait bénéficier à l’ensemble des agents travaillant au contact direct des patients. Pour mémoire, on peut rappeler certains cas de contagion par la tuberculose au cours de VAD !!

- suppression de la prime chaussure pour certain agents (après étude des fiches de poste).

- suppression de 6.5 ETP à l’Accueil, sans que cela n’ait été discuté en instance, à partir du 15 septembre mettant en 1ère ligne l’UMP et les CAMP. Le sujet était déjà sur la table il y a deux ans. A cette époque, se posait déjà les questions de la présence médicale dans les CAMP, de la saturation de la clinique 10, des missions transversales de l’Accueil…. Nous n’avons toujours pas pu obtenir de réponses à ce jour.

- mise à contribution des mutuelles des patients (pour ceux qui en ont c'est-à-dire 30% des patients) en augmentant le forfait journalier de 13 à 30 €/j et en facturant les chambres individuelles (le patient a-t-il le choix ?).

- menaces sur les services médico-techniques : quel avenir pour la radio ? les soins dentaires ? les coiffeurs ?

En catimini et sans les représentants du personnel, la direction réfléchit à d’autres pistes :

- réflexions en cours sur les temps partiels sur autorisation : un quota de TP supportable devrait être fixé pour chaque pôle et chaque unité.

- réflexion en cours sur la permanence de soins et les rappels à domicile.

Et un vieux loup blanc de l’EPSM : la présence des aides-soignants dans les unités d’admissions. La position de la CGT à ce sujet reste claire : cela n’est possible qu’à la condition que ce ne soit pas au détriment des postes infirmiers ! Il faut plutôt en faire une opportunité d’évolution de carrière pour les ASHQ qui y exerce !

 

Pour toutes ces raisons, et d’autres que nous ne connaissons pas encore

(car tout cela n’est qu’un début),

il faut arrêter de râler seuls dans les offices,

les bureaux ou les salles de pause

et se rassembler massivement le 3 juillet prochain !!!

STOP OU ENCORE ?

 

 

Pour la direction c'est : encore ;

 

pour nous, c'est : STOP !!!

 

Quimper, le 29/05/2014

 

 

 

 

 

 

 

Lors du CTE du 27 mai, la direction nous a présenté 4 scénarios d'économies inscrites au budget 2014 :

 

  • Mesures sur les salaires : remise en cause des primes chaussures pour certains agents ( lesquels?) , suppression de la prime 1ère catégorie (dite prime d'insalubrité) pour les agents de l'extra hospitalier et modalité de changement d'échelon à la durée moyenne (soit au temps maximum dans l'échelon!)

     

    Ce sont des mesures qui vont impacter directement notre pouvoir d'achat déjà mis à mal par le gel du point d'indice depuis 2010 !!!

     

    Le mode de progression de carrière va lui impacter non seulement nos revenus ( entre

    8000 et 24000 € de perte sur une carrière en fonction du grade) mais aussi nos retraites futures, qu'elles soient proches ou lointaines, puisque l'espoir d'attendre les derniers échelons plus favorables avant son départ s'éloigne à mesure que la durée de carrière s'allonge...

  •  

    Mesure de suppression de personnels : avec une restructuration sauvage de l'accueil qui, sans que n'ait été évalué l'impact de cette restructuration sur le fonctionnement de l'EPSM, voit ses effectifs infirmiers fondre de 11 ETP à 4,5 ETP !!!

  •  

    Mesure sur les tarifs hospitaliers : en faisant passer le forfait journalier de 13,50 € à 30 € sur le dos des mutuelles !!!!

    Nous pouvons penser que leurs tarifs ne pourront qu'enfler puisque tous les hôpitaux tirent sur cette grosse ficelle....

  •  

    Mesure de réduction de dépenses hotelières : ah bon ? Encore moins de papier toilette et de sacs poubelle dans les unités ????

     

    Alors que la communauté médicale avait rejoint la coordination en 2013 pour lutter contre les gels de postes intolérables à leur yeux, force est de constater qu'ils n'ont pas empêché l'hémorragie de personnels :

    - 9,76 ETP suite à la perte des rtt, - 6,5 ETP à l'accueil, des structures fermées, des absences longues (arrêt ou congés maternité) non remplacés....

     

    Si l'EPSM n' a pas les moyens de ses missions,

    il doit revoir ses missions au regard de ses moyens !

     

    Il est inenvisageable pour nous qu'une perte de pouvoir d'achat des agents permette de financer des travaux ou de développer le projet médical !!!!

     

    Si on n' a pas de sous, on stoppe tout !!!

     

    Il devient même indécent de défendre un projet médical en expansion quand l'ensemble des mesures d'économies ne pèse que sur les mêmes !!!

     

    Nous demandons le gel de tous les projets médicaux et architecturaux en cours.

    Nous exigeons que les agents, qui ont déjà trop largement contribué en perdant 3 RTT, ne subissent plus aucune perte de revenus et qu'on arrête de nous taper sur la tête !

 

Nous sommes solidaires des luttes dans les autres hôpitaux et nous soutenons évidemment l'intersyndicale CGT/SUD de l'hopital de Caen !

 

Nous savons nous unir avec les partenaires de bonnes volonté dans les circonstances graves et nous reviendrons très vite vers vous pour nous battre ensemble et défendre nos conditions de travail et notre pouvoir d'achat !!!

 

Votre travail a une valeur !


Votre travail a de la valeur ?

 

Votre travail a une valeur !!

 

Quimper, le 13/01/2014

 

 

 

 

 

Il est difficile de se joindre aux concerts de vœux de bonne année quand on sait que 2014 commence par la décision du directeur de nous supprimer 3 RTT.

 

Quelle sera la prochaine étape ?

 

Tout au moins nous pouvons nous réjouir du fait que les contractuels de l’établissement seront, en 2014, traités de la même manière que les titulaires pour le temps de travail.

 

Sommes-nous sûrs de n’avoir donné que 6 min de notre temps de travail ?

 

NON.

 

La CGT, lors du dernier CTE du 17 décembre,  a porté en question d’ouverture le problème du « temps de vestiaire ».

Notre règlement intérieur, conformément à l’art 5 du décret du 4 jan 2002, intègre comme temps de travail le temps nécessaire à l’habillage et au déshabillage des agents devant porter une tenue professionnelle. A Gourmelen, ce temps est de 2x 5 min par jour.

 

En instaurant des bornes horaires entre 6h50 et 21h15 pour le jour, cela implique deux options :

 

1-    le personnel respecte ses droits et les transmissions disparaissent entre l’équipe de nuit et celle du matin qui ne feront que se croiser et il ne reste que 5 min à l’équipe d’après-midi pour faire les transmissions pour 20 patients à l’équipe de nuit.

 

2-    les temps de transmissions sont de 10 min le matin et de 15 min le soir et le personnel perd donc 10 min de temps de travail par jour.

 

Pour mémoire, 2 min en moins = 1 RTT en moins,

donc 10 min en moins = 5 jours en moins !!!!

 

Il fait donc du travail en dehors des bornes horaires en se changeant avant ou         après son service.

       

        Qu’advient-il de ce temps ? Travail au noir ? Bénévolat ? Temps perdu ?

 

Ou bien Heures Supplémentaires ?

 

 

 

 

Parlons-en, justement, des heures supplémentaires.

 

Comment justifier les différences flagrantes de traitement entre les agents ?

Pourquoi on remet les compteurs à zéro pour certains ? Pourquoi on ne leur propose pas  d’ouvrir un compte épargne temps ? Pourquoi certains se font rémunérer des heures de CET quand on refuse à d’autres d’y placer tout ou partie de leurs heures supplémentaires ? 

Pourquoi ne pas comptabiliser systématiquement les heures supplémentaires dans Agirh puisque que cela est possible ?

 

Ces heures supplémentaires, qu’elles soient consignées sur logiciel ou sur une feuille volante, représentent un temps de travail qui vous est dû soit en rémunération soit en récupération.

Nous sommes salariés de la fonction publique hospitalière et non bénévoles.

 

Notre travail a de la valeur. L’implication et la conscience professionnelle inhérentes aux responsabilités de chacun et de chacune ne doivent pas nous aveugler et nous contraindre à pallier aux désorganisations dont nous ne sommes pas responsables.

 

Notre travail a une valeur : le temps qu’on y consacre et le salaire que l’on reçoit en retour. Oui notre temps de travail a une valeur puisqu’on cherche à y faire des économies.

 

Respectons-nous !

Respectons notre travail !

Respectons la valeur de notre travail !

Respectons notre temps de travail !

 

La CGT vous invite une nouvelle fois à la grève du zèle :

1 min, c’est 1 min !      2 min, c’est 1 jour !!

 

La CGT vous invite à faire entrer vos heures supplémentaires dans le logiciel et, si on vous menace de les annuler ou de les tronquer nous vous invitons à demander à les mettre sur un CET !!!

 

Si vous rencontrez des difficultés, contactez-nous. Ensemble, nous ne vous laisserons pas déposséder de la valeur de votre travail !

 

 

 

Rassurons-nous : l’austérité n’est pas une fatalité puisque nous accueillons un directeur supplémentaire….

 

 

Syndicat CGT de l’EPSM Gourmelen  1 rue E. Gourmelen CS 16003 29107  Quimper Cedex  02 98 98 66 00 poste 6063

 

Permanences le mardi et le jeudi  Retrouvez nos infos notre site : http://www.cgt-epsm-gourmelen.com/

CMEet CTE extraordinaire du 29 novembre 2013

C'est donc l'ensemble des organisations syndicales qui ont quitté la salle devant l'intransigeance du directeur.
La CGT a proposé de tester le nouveau logiciel agirh planning et son décompte horaire et non plus forfaitaire (acquisition des rtt au fur et à mesure qu' ils sont générés, donc perte des rtt sur les périodes d'absence) sur une période de 6 mois à 1 an et d'évaluer à l'échéance les économies réalisées.
 
Nous avons exigé de la direction de détailler comment elle allait réaliser ses économies : 3 rtt = 116 mensualités de remplacement = 10 ETP = 430000 €
Il s'agit donc de réduire les remplacements et de reporter l'effort sur les équipes pour qu'elle pourvoient seule à leur absentéisme.
 
Et si l'absentéisme est trop élevé, ces économies ne seront pas réalisées !
 
Nous savons donc que si nous perdons des rtt, rien ne garantie que cette mesure permette de réduire notre déficit.
Tout repose sur des estimations dont la réalisation est très précaire !
 
Concernant l'UMP, là aussi nous sommes inquiets de la tournure  des événements. La perspective de récupérer des lits aux urgences est suspendue à la réalisation de travaux futurs dont on ne maîtrise pas l'échéancier.
 
Dans l'attente, nous ne pourrions récupérer qu'un quart des revenus estimés ( entre 120 et 150 000 € au lieu des 500 000€ escomptés) : le compte n'y est pas !
 
Quant à la situation des contractuels, la direction refuse de revenir à un fonctionnement commun à celui des titulaires.
Le directeur a encore 15 jours pour répondre à la demande d' abrogation de notre avocat. Nous attendons donc cette réponse officielle pour envisager les suites à donner.
 
La CGT défend un temps de travail identique pour tous.
 

Point d'information sur la mobilisation en cours

 

Quimper, le 28/10/2013

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quoi de nouveau depuis l’annonce du directeur de retirer son projet de « gel de postes » ?

Pas grand-chose.

La coordination s’est réunie à plusieurs reprises et poursuit un travail de fond (contact avec des politiques, sensibilisation des élus, préparation de groupes de travail…), mais de son côté la direction n’a proposé aucun calendrier de concertation.

Deux séances du CTE ont été convoquées sans succès car l’ensemble des représentants du personnel ont boycotté cette instance. Il s’agit d’une décision de la coordination. Les instances ne sont pas des lieux de travail mais de présentation et de validation de projets travaillés en amont.

Si le directeur considère la coordination comme illégitime, nous pensons que les groupes de travail ne doivent pas concerner les seules instances qui, de toute façon devront voter toute modification du temps de travail.

Le directeur s’était engagé à nous fournir un état des lieux des effectifs dans chaque unité.

Les documents que nous avons reçus ne détaillent que les critères d’allocation de moyens (effectifs théoriques que nous connaissions déjà) et non le nombre et la qualité des agents affectés réellement dans chaque service.

Ces données ne correspondent pas à nos attentes !

Si la coordination ne s’engage pas sur le sujet des RTT, nous continuons notre mobilisation contre ce projet qui se précise pourtant : un CTE extraordinaire est convoqué le 12 novembre pour avis sur ce sujet alors qu’aucune réunion de concertation n’a encore eu lieu !

Il est évident qu’une application de cette mesure dès janvier 2014 est inapplicable en l’espèce. Nous demandons un réel délai de concertation jusqu’en juin 2014 pour permettre à l’encadrement d’établir les plannings de début d’année dans de bonnes conditions.

Concernant le cas des contractuels en 35h : la direction a reçu le 15 octobre un courrier argumenté de l’avocat de la CGT demandant l’abrogation de la note d’information du 24 mai dernier. Faute de réponse dans un délai de deux mois nous avons donné mandat à notre avocat pour porter ce sujet devant le tribunal administratif.

Nous travaillons aussi sur le rapport de la cour des comptes diffusé sur intranet le 12 octobre par la direction générale. Outre des pistes d’économies discutables, ce rapport révèle un certain nombre de disfonctionnements graves au niveau de l’équipe de direction.

Nous communiquerons bientôt à ce sujet.

Nous pensons nécessaire de convoquer une assemblée générale après les vacances scolaires.

Les lignes bougent!

Portée par les syndicats CGT & SUD depuis le début du conflit en avril 2013, la mobilisation du personnel n'a cessé de s'amplifier et a permis le rassemblement de toutes les composantes représentants le personnel, ralliant ainsi et la CFDT et les médecins au sein de "la coordination du personnel de l'EPSM Gourmelen".

 

Cette étape a remis la direction dans l'obligation de modifier sa stratégie et revoir sa copie.

Les premiers résultats (modestes) répondent à certaines des revendications:

  • négociation pour la restitution des recettes générées par l'activité au CHIC (UMP)
  • étalement possible de la dette sur plusieurs années
  • retrait du gel des postes

 

La CGT, offensive et rassembleuse, maintient sa mobilisation, la vigilance s'impose...

lire le compte rendu de la rencontre avec la direction par la "coordination"

Gourmelen: une mobilisation sans précédent!!?

Gourmelen:

 

le personnel a répondu massivement à l'Assemblée Générale médecins/salariés de ce jour, jeudi 3 octobre 2013!
250 personnes environ soit un quart de l'effectif !!
La direction et l'ARS ne peuvent plus dire qu'il ne se passe rien...

Source: Le Télégramme du 5 octobre 2013
Source: Le Télégramme du 5 octobre 2013
Flèche haut Flèche bas

Gourmelen: La communauté médicale rejoint la mobilisation des personnels!

Dans un communiqué de 2 pages elle expose son analyse et propose des actions appelant toute la population à soutenir la lutte pour le maintien de soins de qualité et de moyens nécessaires en budget et personnels...

lire le communiqué des médecins


Concarneau. Des manifestants s'invitentà l'inauguration du centre médico-psychologique

Le nouveau centre médico-psychologique pour enfants et adolescents était inauguré, hier après-midi, à Concarneau. Les syndicats Sud et CGT de l'hôpital Gourmelen, l'établissement public de santé mentale (EPSM), qui couvre notamment le secteur concarnois, ont tenu à faire entendre leur voix lors de la cérémonie. Dans une ambiance restée bon enfant, ils ont notamment dénoncé la décision de la direction de supprimer trois jours de RTT, ce qui selon eux représente en volume dix postes en équivalents temps plein. « À cela s'ajoute la suppression de deux postes par pôle soit seize postes. Nous arrivons à un total de 26 postes supprimés sur l'EPSM », indiquent les syndicalistes.

 

source: Le Télégramme du 21 septembre 2013

 CGT - SUD

PLAN D’AUSTERITE SUR l’EPSM, SUITE

  Quimper, le 20 Septembre 2013

Notre action d’aujourd’hui

Alors qu’une vingtaine de personnes est restée sur le campement, nous sommes partis à 40 sur le site du Porzou à Concarneau où se déroulait l’inauguration d’un service de CMPI. En présence des responsables et personnels de ce service, de M. Bénard ainsi que d’élus locaux et d’une représentante des usagers, nous avons continué à revendiquer notre action. Malheureusement, l’ARS était aux abonnés absents… ce n’est pas pour autant que nous allons les oublier !

Le mouvement s’amplifie

 Lundi, les représentants de la CME soumettront au collège médical leur proposition d’actions contre le plan d’austérité.

 Le camping de l’austérité

En ce qui concerne le campement, nous avons récupéré tout le matériel. Nous laisserons sur place pour l’instant la grande tente qui pourrait servir de point de rassemblement pour les prochaines assemblées générales. 

 Le combat continue : ne lâchons rien !

 Il n’y a de fatalité que si on l’accepte

Gourmelen. La mobilisation se poursuit

À l'hôpital Gourmelen, les syndicats Sud et CGT continuent de se mobiliser contre un plan d'économies et ses conséquences sur la qualité des soins et les prestations aux usagers.

Pour manifester leur désapprobation face à un plan d'économies qui risque d'avoir de lourdes conséquences sur leurs conditions de travail et la qualité des prestations aux usagers de l'établissement public de santé mentale, les syndicats Sud et CGT avaient décidé d'installer un campement à côté du service d'admission, la Clinique 10. Toute la semaine, les professionnels sont venus s'informer et échanger sur la situation.Les syndicats dénoncent la décision de la direction de supprimer trois jours de RTT. Ce qui représente, selon leurs calculs, dix postes en équivalents temps plein, soit 450.000 € d'économies. À cela s'ajoutent la suppression de quatre postes par pôle, ce qui représenterait un total de 42 postes sur l'établissement. « La semaine dernière, les cadres supérieurs ont reçu un courrier de la direction annonçant la suppression de quatre postes par pôle. Quarante-deux postes supprimés, cela ne permet pas de mettre en route le nouveau projet d'établissement », précise Petra Prause, infirmière et déléguée syndicale Sud. Une information connue en début de semaine qui n'a fait qu'ajouter à l'inquiétude du personnel.

Intensifier les actions

« Si la direction va jusqu'au bout de son plan d'austérité, il est clair que cela va impacter la qualité des soins aux usagers et qu'il y aura, à terme, la fermeture de lits, de structures ou de places », soutient Yannick Milin, délégué CGT.Hier après-midi, à l'issue de la discussion avec le directeur, qui n'a donné lieu à aucune avancée, ils ont décidé de poursuivre et d'intensifier leurs actions. Par ailleurs, les médecins de l'hôpital Gourmelen, qu'ils ont rencontrés en fin de matinée, leur ont d'ores et déjà fait part de leur soutien actif.

Source: Le Télégramme du 20 septembre 2013

 
 

 

Ce jeudi, les représentants de la communauté médicale de l’hôpital Gourmelen à Quimper (Finistère) ont proposé aux organisations syndicales d’échanger sur le plan d’économie proposé par la direction.

Ce plan prévoit de supprimer 3 jours de RTT, ce qui représente, selon les syndicats, 10 postes à temps plein. Des décisions qui sont loin de faire l’unanimité au sein de la communauté médicale d’établissement.

Depuis lundi, un barnum a été installé près de la clinique 10. Ce campement, installé jusqu’à la fin de la semaine, est occupé 24 heures sur 24 par une centaine de membres du personnel qui manifestent ainsi leur mécontentement.

Gourmelen. L'action syndicalese poursuit dans l'échange
17 septembre 2013

Hier matin, sur un carré de pelouse à l'ombre de la clinique 10 (unité d'admission). Une vingtaine d'agents de l'hôpital Gourmelen montent un barnum.La tente...

Source : www.letelegramme.fr

30 emplois en jeu: la direction sort les forceps!

lundi 16 septembre 2013

26 emplois supprimés - 3 RTT sucrés: CGT & SUD avec les personnels durcissent la riposte!

Négociations: la direction campe sur ses positions!

 

Cet après-midi la direction a sauté sur la proposition de la CFDT de décompter le jour de solidarité des rtt et de restituer le jour de fractionnement.

Nous devrions donc nous "réjouir" de ne perdre plus que 3 RTT au lieu de 4 !

 

Alors que la direction insistait sur "le peu de minutes perdues par jour", nous soulignions le fait que , de notre côté nous ne nous inquiétons pas du nombre de minutes en moins par jour mais des jours de repos en moins par an pour chaque agent.

 

Malgré nos remarques sur la forme de la dénonciation unilatérale et sans délai de préavis, la direction s'affranchit du code du travail qui détermine les conditions de négociation d'un accord local.

Que vaut un accord local qui peut être dénoncé sans préavis ? Pourquoi nous inviter à négocier un autre protocole qui pourrait être caduc l'année prochaine ?

 

Nous avons aussi fait valoir que le calcul du budget n' intégrait toujours pas l'activité de l'UMP qui n'est toujours pas chiffrée. Nous avons aussi proposé d'étaler la résorption du déficit sur 3 ans au lieu de 2 : refus net de la direction.

 

Pensant que, si la direction passe en force, elle devrait consacrer une part des économies réalisées à l'amélioration des conditions de travail en arrêtant par exemple les rappels intempestifs sur les repos. Nous avons donc proposé de mettre en place un véritable système d'astreinte rémunérée des infirmiers pour ne plus être sollicité à domicile : refus net de la direction.

 

Parce que la CGT tient à représenter l'avis de ses adhérents, nous avons indiqué au directeur que la décision de quitter les négociations ou de nous y joindre serait prise par notre commission exécutive jeudi prochain, après l'éclairage de l'assemblée générale de mardi.

 

Toujours est-il que nous estimons que le personnel n'a pas à payer un déficit dont il n'est pas responsable...

 

Yannick Milin pour la CGT, le 7 septembre 2013



PSYCHIATRIE en Bretagne:

Les psychiatres des EPSM de Bretagne s'unissent pour réclamer des moyens!

"...

La conférence soutient que le maintien d’une dynamique d’amélioration des soins en psychiatrie et de la poursuite de la transformation de l’outil sectoriel puisse être légitimement accompagné du maintien de moyens affectés et elle demande un réexamen des allocations aux établissements et qu’un correctif budgétaire soit publié avant la fin de l’année 2013 tenant compte des besoins réels des territoires de santé bretons...."

lire le communiqué de la conférence des présidents de CME de Bretagne


Gourmelen: La lutte continue.

 

  • ... Lors de notre dernière Assemblée Générale à l’appel de SUD/CGT, où nous étions une soixantaine avant de nous rendre au conseil de surveillance, nous avons décidé :

• de ressaisir les actes sur Caratides pour ne pas pénaliser l’EPSM Gourmelen. L’idée étant que ce mot d’ordre se fasse au niveau régional pour plus d’impact auprès de l’ARS qui tente de nous diviser. Les syndicats SUD et CGT travaillent à coordonner les actions au niveau régional.

• d’accepter le temps d’échange avec le cadre, pour l’évaluation professionnelle infirmière, mais de refuser de répondre aux « QCM » proposés par la direction. Restons dans une dimension humaine et relationnelle !

lire le tract CGT & SUD

 

  • ... Dans sa séance du 20 juin 2013 les représentants de la CME au directoire ont voté contre l’EPRD proposé.

... Or depuis une quinzaine d'années l'EPSM a subi des "débasages" et des réductions budgétaires, 'adaptation des personnels médicaux et soignants atteignant ses limites.

Ainsi une réduction des postes soignants irait à l'encontre de la qualité des soins réalisés et à l'investissement des soignants dont on sait qu'il est si important en psychiatrie...

 lire le communiqué de la Présidente de la CME


Psychiatrie en Bretagne sacrifiée sur l'autel de l'austérité
2103 05 15 La psychiatrie sacrifiée en B
Document Adobe Acrobat 293.2 KB

 

APPEL à l'Unité d'Action

/ CGT Gourmelen

 

 

Comme il avait été convenu lors de l’Assemblée Générale, nous venons d’écrire aux élus du territoire.

 

Vous trouverez (cliquez sur le lien) le modèle de lettre que nous leur avons fait parvenir.

 

Nous appelons encore une fois à l’unité du personnel face aux problèmes qui se posent devant nous. 

Chacun est concerné : contractuel ou titulaire, soignant, administratif ou technique, médecins et usagers…

 C’est pourquoi l’unité syndicale la plus large possible reste nécessaire.

 

 Les dernières attaques de SUD envers la CFDT relèvent plus de la campagne électorale pour les élections professionnelles qui auront lieu en 2014 et au cours des quelles chacun pourra juger des propositions de chaque syndicat.

 Respectons chacun, même si nos engagements divergent…

 

 Aujourd’hui, nous devons montrer à notre direction et à l’ARS de Bretagne que nous ne voulons pas d’un plan social déguisé en « lutte contre un déficit » que l’ARS crée artificiellement.

 Cette méthode dure depuis trop longtemps (débasages). Après avoir vidé les bas de laine, on s’attaque au budget principal. On pourrait se retrouver ainsi tous les ans au même moment pour décider des mêmes économies « vitales » et ceci au bon vouloir de l’ARS !!!!

 

 Stop !!! Opposons nous ensemble contre le choix posé par l’ARS de considérer la psy comme une sous-spécialité qui ne nécessiterait pas une hausse de budget équivalente aux autres hôpitaux…

Les EPSM de Bretagne s’organisent pour s’unir et converger vers l’ARS…

Lundi les sections CGT des EPSM de Bretagne se rencontrent à Landerneau.

 

A Bientôt pour d’autres informations.

 

Yannick Milin, secrétaire CGT


Hôpital Gourmelen. Le personnel reste mobilisé
8 mai 2013

Statu quo à l'hôpital Gourmelen. Une partie du personnel conteste toujours le plan d'économie de la direction. Malgré les manifestations, la CGT et Sud n'ont pas...

Source : www.letelegramme.fr


GOURMELEN: Journée de mobilisation du 7 mai.

 

  • Assemblée Générale à 14 heures devant le SEDIAC (sauf en cas de pluie repli dans les locaux syndicaux)
  • Départ en cortège jusqu’à la DT ARS

 

Un préavis de grève illimitée a été déposé pour vous permettre de vous mobiliser tous et toutes.

Durant les journées de grève, les effectifs en personnel doivent correspondent au dimanche.

Pour les structures type HJ, CAMP peuvent donc fermer, cela se négocie avec les cadres.

 

Soyons nombreux encore à nous mobiliser!

Aujourd’hui des postes en moins, des RTT en moins et l’année prochaine avec une Dotation Annuelle de Fonctionnement…


 

LE CONSEIL DE SURVEILLANCE EMPECHE DE TENIR SA REUNION!

"0% C'est nul ! Poursuivons la mobilisation":

 lire le compte rendu de l'action de ce matin ci-dessous

PSYCHIATRIE la mal-aimée

L'ARS Bretagne invente les plans sociaux reconductibles!!!

 

En 2012, l'ARS a délibérément provoqué un déficit d'un millions d'euros à l'EPSM...

 

L’ARS récidive et reconduit le même dispositif en 2013, avec encore plus de gravité dans ses effets.

Alors que l’ONDAM national est à 2,7%, l’ARS Bretagne en appliquant un taux 0 de reconduction budgétaire à tous les établissements publics de santé mentale, dévoile le peu de considération qu’elle a pour la population en souffrance psychique. Elle alimente, de manière dévastatrice, un gouffre financier à l’EPSM, une catastrophe pour les emplois (35 à 50 emplois menacés en cumul sur 2012 & 2013, pour Gourmelen seul), pour les conditions de travail, et pour les soins dispensés à la population.

Quimper. Le conseil de surveillance de Gourmelen interrompu
19 avril 2013

Une centaine de salariés du l'Etablissement public de santé mentale a interrompu le conseil sd surveillance de l'hôpital qui devait se tenir ce matin. Une action en...

Source : www.letelegramme.fr


Gourmelen fait l'actualité nationale:

 

voici la "dépêche" de l'APM qui fait un exposé de la situation.



SOUTIENS EXTERNES

 

 

Le syndicat CGT du Centre Hospitalier du Rouvray de Sotteville lès Rouen (76) est entièrement solidaire de votre lutte et vous souhaite plein succès pour faire aboutir vos revendications.

lire la suite

 

La Coordination Nationale des Comités de Défense des Hôpitaux et Maternité de Proximité tient à exprimer son soutien et sa solidarité aux personnels de l’EPSM Gourmelen, rassemblés le vendredi 19 avril à l’appel de la CGT et de Sud Solidaires... lire la suite

 

Les retraités CGT de la santé et de l’action sociale de Quimper réunis le lundi 15 avril soutiennent l’action du personnel EPSM Gourmelen qui lutte...  lire la suite

 

 

 

Syndicat-cgt Chgdaumezon 

Syndicat-cgt Chaumezon a écrit : « on en sort juste 3 mois de lutte 10 journées de grève manif blocage de l'établissement "visite" à l'ARS rencontre avec la députés PS courriers à la ministre médiatisation du tout = retrait de leur projet de Gestion du temps de travail qui remettait l'application de la réduction du temps de travail au CH Daumezon.Nous travaillons donc toujours 8 heures par jour !!la lutte paie (de 100 à 250 grévistes selon les actions et bien plus dans les actions ,nous sommes 1000 salariés)

 



Débrayage du 9 avril 2013:

Plus d'une centaine de personnes se sont mobilisées pour cette journée d'action.

L'assemblée générale, devant le Sédiac, a reconduit le mouvement. Une nouvelle journée d'action s'organise pour la semaine prochaine.

Les manifestants se sont ensuite rendus Place de la Résistance, et rejoints la mobilisation contre l'ANI...

Voir le commentaire de Gérard Filoche, ancien inspecteur du travail et député PS


La communauté médicale se mobilise contre les propositions de la direction.

 

Dans sa motion du 9 avril la CME “refuse donc ces propositions de diminutions de moyens soignants, destructríces autant dans leurs effets que dans I'arnbìance de division qu’elles entraînent.”

lire la motion


 

Les trois syndicats ont rencontré la direction ce matin. Compte rendu CGT & SUD

 

Son commentaire sur nos propositions :

 

- un budget à la hauteur des besoins et du coût réel de fonctionnement et indexé sur le taux directeur (pourcentage d’augmentation d’une année sur l’autre) : ce serait une première, du jamais vu…

- l’arrêt des débasages (amputation du budget pour financer « un fond de solidarité » régional pour les établissements en difficulté) : cela ne nous rendra le débasage de 2012 définitivement perdu

- le versement des recettes d’activité de l’UMP dans le budget de l’EPSM : travail difficile qui ne verra pas le bout pour le budget 2013

- la diminution de la charge financière des emprunts par le concrétisation de la vente des locaux ouest : la vente des locaux est déjà intégrée dans le plan de financement pluri-annuel

 

Bref, pour la direction, il n’y a pas d’autre alternative que de rejoindre et négocier son plan d’économie !

Le directeur, cherchant la conciliation, nous affirme fermement que la négociation se fera avec ou sans nous : le CTE peut ne pas être consulté sur ce plan et l’accord Rtt relève du pouvoir du directeur….

 

Nous leur avons fait savoir que nous n’avions pas de mandat de la part des salariés réunis en Assemblée Générale pour renégocier le protocole RTT.

 

Nous leur avons proposé de présenter un budget en déficit à l’ARS.

On nous répond que nous sommes bien doté en personnel et que notre accord RTT est plus avantageux que celui des établissements voisins….

 

On nous pointe du doigt certains service ou même secteur mieux dotés en personnel ( ne respectant pas les Critères d’Allocation de Moyens ).

On nous pointe du doigt l’horaire à la journée dans les admissions…….

 

Ces propositions sont inacceptables. Si le directeur a certains pouvoirs, l’ensemble des agents peut s’unir en un fort contre-pouvoir !

 

Il nous faut être encore plus nombreux pour montrer notre désaccord en Assemblée Générale au cours de laquelle nous vous donnerons plus d’informations et voterons les suites à donner à ce mouvement .

Mardi 9 avril à 10 h devant le SEDIAC



La CGT invite les chefs de Pôle, les cadres supérieurs de santé et l’ensemble de la communauté médicale et hospitalière à soutenir les propositions de l’intersyndicale pour faire face au déficit de notre établissement.
Ci-joint le courrier que nous venons d’adresser aux membres du conseil de surveillance.


Ecoutez à partir de 5'15


L'UNION FAIT LA FORCE...

 

Le 3 ème syndicat de l'EPSM, la CFDT a publié sa position. (lire le tract CFDT).

Son analyse et ses propositions rejoignent celles de l'intersyndicale CGT & SUD.

Nous l'invitons donc, ainsi que ses sympathisants à rejoindre la mobilisation, et créer ainsi un plus large rapport de force.


NON AUX SUPPRESSIONS D'EMPLOIS...

 

La direction de l’EPSM Gourmelen nous annonce, pour réduire, son déficit des suppressions de postes, la diminution des jours de RTT et la substitution des postes d'Agents de Services Hospitaliers, techniques et administratifs par des Contrats d’Avenir (sans perspectives d'embauche future).

 

C’est l’insuffisance du financement qui est la cause du déficit. Les agents n’y sont pour rien.

L'hôpital GOURMELEN s'apprête à participer à l’augmentation du chômage, à la déqualification du personnel et à un recul social historique.

 

L'initiative de notre direction pourrait donner des idées aux directions des hôpitaux de Finistère, qui présentent également un exercice budgétaire déficitaire.

 

Pour la CGT et SUD, il est hors de question de négocier un tel plan. Nous exigeons que l'Agence Régionale de Santé, finance notre établissement à la hauteur de son coût réel de fonctionnement.

D'ores et déjà nous appelons les collègues des autres hôpitaux, les usagers ou futurs usagers des services publics hospitaliers, à nous rejoindre dans cette lutte.

 

L'hôpital n'est pas une entreprise !!!

La santé n'est pas une marchandise !!!

Les patients ne sont pas des clients !!!

 

A titre indicatif, les tarifs 2013 vont baisser par rapport aux tarifs précédents. Donc pour que les hôpitaux aient le même budget, ils devront, soit dépenser moins, soit travailler plus. C’est inacceptable.

Selon la Fédération Hospitalière de France, cela se traduirait par la suppression de 35 000 postes à l'hôpital public.

lire le tract CGT - SUD                                                                                   publié le 2 avril 2013

Le personnel venu nombreux ( une centaine de personnes !!!) à l’Assemblée Générale
à l’appel de la CGT et de SUD s’oppose aux pistes d’économies préconisées par la
direction.

Nous refusons la remise en cause des accords RTT de 2002 et le principe de suppressions de postes dans un contexte d’activité majorée ( augmentation des différentes files actives).

Accédez au tract et à la pétition

 

Du jamais vu: + de 100 agents à l'Assemblée Générale des seuls syndicats  CGT & SUD

 

Pour dire non au programme de réduction du déficit de Gourmelen! Non aux suppressions de postes! Non aux suppressions de RTT.

 

Une série d'actions sont décidées:

  • Débrayages reconductibles...
  • Rassemblement devant la DTARS de Quimper
  • Médiatisations
  • Tracts, motions et pétitions
  • Interpellation des politiques (députés, sénateurs, maires...)
  • 

  Un préavis de grève reconductible est déposé à la direction, et couvrira les actions de débrayages ou de grêves pour les semaines à venir à partir du 2 avril..

 

Revendications portées à l'ARS

 

  • Un taux directeur à hauteur de l'inflation
  • La fin du débasage
  • Le financement total d'Ar Sterenn
  • La récupération des recettes de l'activité
  • L'utilisation des recettes liées à la cession en cours du parc immobilier
...

 

Stop aux déficits programmés de Gourmelen!

  


Un million d’euros de déficit! Une confiscation intolérable exécutée par l’ARS!


 

Les 4 facteurs de la descente aux enfers du déficit:

 

  • Taux ONDAM en dessous du minimum attendu (taux de l’inflation 2%). La CGT l’écrivait dans son “Impact de juin 2012” :“Un EPRD 2012 avec un ONDAM à 0,5%: autant dire une condamnation par l'ARS qui nous conduit droit dans le mur”... soit un manque à gagner / inflation (environ 2%) de “55 000 000 € (budget principal) x 1,5%= 800 000€”. voir le bulletin de l’EPSM de juillet 2012

 

  • Un débasage* annuel de 300 000 € en moyenne depuis 2 décennies

 

  • Une unité (Ar Sterenn) financée aux 2 tiers, un manque à gagner de 3 à 400 000 €

 

  • Un déficit de recettes liées à l’activité de l’UMP (recettes perçues par le CHIC, dépenses de personnels financées par l’EPSM), soit un manque à gagner de 3 à 400 000 €

 

  • Au total un manque 1,7 à 1,9 millions d’euros

 

Une volonté manifeste de l’ARS d’étrangler l’EPSM avec les effets sur une réduction de personnel, donc une baisse de la qualité des soins (ou de la quantité: fermeture d’unité?), de la dégradation des conditions de travail, et du service rendu, l’arrêt des projets en cours (Unité pour les soins aux long cours, et...).

Un déficit reconductible d’une année à l’autre... et donc une logique de suppressions successives d’emplois.

 


Ce qu’il faut pour Gourmelen!


  

obtenir auprès de l’ARS un budget adapté de manière pérenne : + 1 million d’euros

 

exiger

 

  • un ONDAM à hauteur de l’inflation

 

  • la fin du débasage

 

  • le financement total d’Ar Steren

 

  • le transfert des recettes de l’activité de l’UMP

 

Moyens:

 

construire un rapport de force le plus large possible

 

  • créer une unité d’action de tout le personnel: syndicats, CME, direction, conseil de surveillance

 

  • organiser un débat CME, CTE, Direction

 

  • interpeller les politiques: députés, sénateurs, maires

 

  • interpeller la population / médias, presse écrite, radios, tv

 

  • pétition, tracts

 

  • lettre à au directeur de l’ARS

 

  • grèves reconductibles (débrayages devant le siège de l’ARS Quimpéroise)

 

  • délégations, manifestations à l’ARS

 


La réponse proposée par la direction est totalement inadaptée au diagnostic posé. Les ficelles sont grosses.


 

  1. La suppression des RTT aux agents en congé de maternité deviendrait totalement illégale (voir la position de la DGOS), et de toute façon n’aurait aucune efficience financière. C’est donc une proposition de la direction totalement démagogique... à destination des autres établissements qui ne l’appliquent pas encore.

 

  1. La suppression de 1 à 4 RTT, outre qu’elle remet en cause les accords signés en 2002, par la CGT et la CFDT, un rafistolage de rustines sans réelle efficience financière.

Un artifice pour niveler les acquis sociaux à l’échelle du territoire...

 

Décryptage

par exemple:

 

  • pour les catégories d’agents qui travaillent en solo (AMA, Assitantes sociales, psycho, etc...), comment cela peut-il amener une incidence financière, la charge de travail restant la même, le temps de annuel effectué restant le même... Economies = 0

 

  • pour les petites équipes de 4 personnes (HJ, ASH), comment cela peut-il amener une incidence financière, la charge de travail restant la même, le temps de annuel effectué restant le même...Economies = 0

 

  • pour les équipes de 10 personnes (CAMP), cela permettrait de “récupérer” jusqu’à 40 jours, soit ⅕ ème d’agent environ.

2 options:

ou l’on met 1 agent en temps partiel à 80 % (y a-t-il un volontaire? en appliquant ce dispositif aux 7 CAMP on gagnerait 1 ETP);

ou cet agent est invité à partager son travail sur une autre UF...quid de la continuité du soin?

 

  • pour les équipes de 20 personnes (admissions), cela permettrait de “récupérer” jusqu’à 80 jours soit ⅖ ème d’agent.

Ici encore 2 options:

ou l’on met 2 agents en temps partiel à 80 % (y a-t-il des volontaires? en appliquant ce dispositif aux 6 admissions on gagne 2,3 ETP);

ou cet agent est invité à partager son travail sur une autre UF... quid de la continuité du soin?

 

En généralisant cette analyse, on peut facilement envisager qu’on est loin des 16 postes supprimés attendus, donc il y aura des suppressions de postes supplémentaires qui ne sont pas annoncées dans cette proposition.

 

  1. La suppression de 16 postes (2 par pôle) est inacceptable dans un contexte de suroccupation de lits, de risques psycho-sociaux croissants, de projets en stand-by (appartements thérapeutiques...). L’exercice mathématique (2 par pôle) est simplissime et incongru, inadapté aux besoins des uns et des autres: une étude concertée et tripartite (CTE - CME - Direction) doit réévaluer les besoins et les moyens alloués.

 

* Le débasage est une retenue faite par  l’ARS, sur le budget alloué, dont l’objectif est sur le plan régional de redistribuer la richesse de certains EPSM (exemple Gourmelen) vers d’autres plus pauvres (exemple Bohars)

* ONDAM: objectif national des dépenses d’assurance maladie

Plan d'économies à Gourmelen. Le directeur ni à Sud ni à la CGT 

28 mars 2013 -

La regrettable association d'une photo d'archives du directeur, Pascal Bénard, et d'une prise de position syndicale a émaillé la publication, dans Le Télégramme d'hier, d'un article consacré à un plan d'économies à l'EPSM Gourmelen. Toutes nos excuses à l'intéressé. Sur le fond du sujet, Pascal Bénard confirme « l'objectif absolu de résorber le déficit de 1 M€ (comptes à fin 2012) ». « Mon souhait, c'est de trouver, dans la négociation, une solution équilibrée qui permette à l'hôpital de fonctionner et aux personnels de s'y retrouver », signifie le directeur de l'établissement public de santé mentale. « Les syndicats CGT et Sud ont exprimé une agrégation un peu radicale des pistes, pas forcément cumulatives, que nous explorons pour réduire le déficit. Il est évident que le poste le plus impacté concerne les charges de personnel, qui pèsent pour environ 80 % dans les dépenses de l'hôpital. Mais nous allons rechercher différents leviers, à des degrés divers, pour parvenir à des économies », complète Pascal Bénard. Il entend en discuter, précise-t-il, « avec les instances, et avec les syndicats qui accepteront d'entrer dans la concertation ».

Appel de la CGT et SUD EPSM Gourmelen

ASSEMBLEE GENERALE D’INFORMATION

MARDI 26 MARS 14 h

Face à un déficit d’un million euros, la direction présente 3 pistes de retour à l’équilibre :

 

1° : Moins de RTT !

Renégociation du protocole ARTT conclut en 2002, en supprimant de 1 à 4 jours de RTT.

2° : Moins de personnel !

Suppression de 1 à 2 ETP par pôle, soit, suppression de 16 postes (à l’appréciation des chefs de pôle)

3° : Moins de droits sociaux !

Suppression des jours RTT octroyés dans le cadre des congés maternité et/ou paternité et aux contractuels en CDD.

 

Nous ne sommes pas d’accord !

ET VOUS ?

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0
Loading
pages visitées